Yassine Yakouti
Yassine Yakouti : quelles qualités pour devenir un grand avocat ?
Temps de lecture :2 Minutes, 48 Secondes

Outre le métier de médecin, pilote de l’air, ingénieur, développeur web, etc. le métier d’avocat fait aussi partie des plus beaux métiers du monde. L’avocat est ce professionnel du droit à qui on fait appel quand on a des soucis avec la justice. Pour devenir avocat, il faut faire des études en droit. Il faut également posséder certaines qualités. Dans cet article, Yassine Yakouti, Membre du Conseil de l’Ordre des avocats de Paris, nous explique tout ce qu’il y a à savoir sur ce beau métier. Quelles sont les qualités requises ? Quelles sont les formations à suivre ?

Le métier d’avocat, par Yassine Yakouti

Selon Yassine Yakouti, le métier d’avocat est le plus beau métier du monde. Cependant, le métier n’est pas fait pour tous ceux qui évoluent dans le monde du droit. Pour devenir un bon avocat, détenir des diplômes ne suffit pas. Il faut en effet posséder certaines qualités et compétences particulières pour se démarquer des autres. Yassine Yakouti pense qu’un bon avocat doit avant tout avoir une bonne logique et un bon esprit d’analyse. Ces derniers lui seront utiles pour résoudre certains mystères. Ensuite, il devra également être capable de mener des recherches. C’est ce qui va lui permettre de se faire une idée globale de la situation dans laquelle se trouve l’individu qu’il représente. Ce seront également les résultats de ses recherches qui vont l’aider à définir la stratégie juridique qu’il utilisera pour défendre son client. Selon Yassine Yakouti, le sens de la persévérance est aussi une qualité indispensable. En effet, l’avocat sera un jour ou l’autre amené à traiter des affaires délicates. Il devra donc s’armer de patience et avoir une bonne dose de persévérance. En aucun cas, il ne doit abandonner puisque le sort de son client dépend entièrement de lui. Enfin, la plus importante des qualités que l’avocat doit avoir est la facilité d’expression en public. Il en aura besoin pour convaincre toutes les parties prenantes d’un procès.

Quelles formations suivre pour devenir avocat ?

Yassine Yakouti
Crédits : Pixabay

Il faut d’abord préciser qu’il existe différents types d’avocats : avocat pénaliste, avocat du droit des affaires, avocat du droit de la famille, avocat spécialisé en droit de l’environnement, etc. Bien évidemment, il existe aussi l’avocat généraliste qui traite un peu de tout. Maintenant, la question est celle de connaître les formations à suivre pour devenir avocat. Alors, il faut obligatoirement détenir un M1 ou M2 en droit. Après, on a le choix entre le droit pénal, fiscal, social, sciences criminelles… L’obtention du CAPA ou certificat d’aptitude à la profession d’avocat est aussi obligatoire. Sans ce dernier, on ne peut pas aspirer à devenir avocat. Une fois le diplôme et le CAPA en poche, les futurs avocats suivent une formation au sein du CRHPA (centres régionaux de formation professionnelle pour avocat). Il y en a douze en France. Après une formation de 18 mois, l’avocat doit prêter serment et s’inscrire au barreau de son choix. En ce qui concerne le salaire, un avocat peut gagner entre 1 800 et 2 700 euros brut par mois. Pour les plus expérimentés, ils peuvent gagner aux alentours de 5 000 euros brut par mois.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

avocat en droit de la famille
Le divorce pour faute, qu’est-ce que c’est ?
Temps de lecture :2 Minutes, 46 Secondes

Il existe des personnes qui économisent toute une vie pour préparer un mariage inoubliable. Le souci, c’est qu’elles ne savent pas avec quel individu elles vont se marier. La plupart du temps, elles ont tendance à se caser avec le premier venu. Et ce, par peur de se retrouver seul et sans vraiment connaître le caractère de ce dernier. Certes, l’amour sera au rendez-vous durant les premières années de vie de couple. Mais si les deux sont incompatibles, le divorce planera toujours au-dessus de leur couple. Aujourd’hui, la plupart des affaires traitées par les avocats en droit de la famille concernent les divorces, particulièrement le divorce pour faute. Mais qu’est-ce qu’on entend par divorce pour faute ? On en parle dans cet article.

Qu’est-ce que le divorce pour faute ?

Selon les spécialistes en droit de la famille, le divorce pour faute est un cas de divorce judiciaire. C’est à travers ce dernier que le juge peut constater qu’il y a eu une violation des obligations et des devoirs du mariage. Dans ce type de divorce, le fautif ou la fautive peut être condamné à payer les frais de la procédure. Par contre, si ce sont les deux époux qui ont commis la faute. Le juge prononcera un divorce aux torts partagés. Maintenant, la question est de savoir dans quel cas peut-on demander un divorce pour faute ? Eh bien, dès que le mari ou la femme a des reproches graves à faire. Ils peuvent demander un divorce pour faute. En effet, ce type de divorce permet de demander une réparation du préjudice qu’on a subi à cause des mauvais comportements de l’autre (ex : adultère, falsification dossier pour souscrire des crédits…). En divorce pour faute, celui qui subit les mauvais traitements peut demander une dissolution du mariage ou une réparation du préjudice. Pour gagner l’affaire, il est important de faire appel à un avocat spécialisé. Afin de les trouver, il suffit d’entrer les bons mots-clés sur le moteur de recherche (ex : avocat divorce faute Marseille, avocat en droit de la famille Bordeaux…).

Quelles sont les fautes acceptées par le tribunal ?

divorce pour faute
Crédits : Pixabay

Selon le Code civil, article 242, on peut demander le divorce pour faute s’il y a des « faits constitutifs d’une violation grave ou renouvelée des devoirs et obligations du mariage rendant intolérable le maintien de la vie commune ». En effet, il faut rappeler que le mariage oblige les deux époux à assurer certains devoirs et obligations (ex : devoir de respect, devoir de contribution aux charges…). En général, le manquement à ces derniers est assimilé à une violence conjugale, une infidélité, un refus de contribuer aux charges familiales, un refus d’entretenir des rapports sexuels, etc. La gravité de la faute est étudiée cas par cas par le tribunal. Par exemple, si la femme demande un divorce à cause d’une infidélité, alors qu’elle aussi entretient une relation extra-conjugale, le juge va prononcer un divorce aux torts partagés. Outre celles qui viennent d’être citées, il existe aussi d’autres fautes acceptées par le tribunal. Parmi ces dernières, il y a la jalousie excessive, la conduite addictive, l’irresponsabilité vis-à-vis des enfants…

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.